…je vous assure que tout le monde peut le faire !

Pascale et Christian sont des fidèles. Pas vraiment prédestinés à tenter l’Aquathlon, parfois lanterne rouge 😉, toujours finishers, ils distillent quelques conseils et nous racontent comment c’est arrivé…

Comment avez-vous connu l’Aquathlon et combien de fois avez-vous participé ?
… par notre fils Guillaume qui participait.
>> Pascale : à toutes les éditions ! En commençant la 1ere année par le « petit » parcours (1km natation + 5km en courant) avec ma fille Océane et ma bru Magali. Tellement sympa de faire ça en famille et entre amis.
> Christian : Toutes sauf la 1ere édition, avec regrets. Ce fut le déclic pour les suivantes traversées avec cette ambiance au top.

Le souvenir d’un moment difficile ? 
>> Pascale : Sauter du bateau  
> Christian : les quelques vagues au milieu parfois… 

Vos meilleurs souvenirs ?
>> Pascale : Entendre les rires de mes enfants et petits-enfants lorsque je trébuche plusieurs fois de suite pour me relever en sortant de l’eau à l’arrivée ! Et oui pour moi c’est difficile de retrouver la position verticale !
> Christian : Les arrivées sous les applaudissements et en musique !

Comment vous êtes-vous préparé la première fois ?
> Christian : 3 mois avant avec 3 séances piscine/lac par semaine, rarement 3000m à l’entrainement.
>> Pascale : L’inscription pour ma 1ere traversée fut mon cadeau de fête des mères ! Pour ne décevoir personne, de fin mai au 14 juillet je suis allée 3 fois par semaine à la piscine et/ou au lac, nageant 1km, 1.5 km etc… pour enfin réussir à faire 3000m…en 2h ! (…modeste mais tellement soulagée d’avoir atteint 3000m). Ma motivation fût renforcée, j’ai su que j’y arriverais !

Qu’est-ce qui vous fait recommencer, revenir chaque année ?
> Christian : Mon défi personnel de l’année, en famille et entre amis ! Pour prouver qu’à la 60aine (bien tassée désormais 😃), diabétique insulino-dépendant depuis 40 ans, tout est réalisable avec la motivation !
>> Pascale : Mon cadeau de fête des mères. Je marche au défi, pour garder la forme (et les formes 😉) au seuil de la retraite. Mais surtout l’ambiance, la convivialité et la super organisation avec ces kayaks, paddles, bateaux qui nous font une haie d’honneur en nous encourageant et nous mettent en sécurité tout le long de la traversée (sans eux ce ne seraient pas possible !). Merci à eux !

Quels conseils donneriez-vous à ceux qui n’osent pas encore ?
> Christian : Il faut absolument le faire, c’est trop bien ! On est surpris soi-même, de nos capacités. Le chrono importe peu, l’essentiel est de tenter le défi…je nage la brasse, sans combinaison et précède chaque année le bateau balai, et alors ??? RDV le 14 juillet !
>> Pascale : Vous avez encore le temps de vous entrainer pour le 14/07, moi je nage 2 fois par semaine en ce moment. Qui ne tente rien n’a rien alors osez ! Tentez ! Pensez aux personnes qui souhaiteraient tant être à notre place et dont le sort en a décidé autrement… Et au pire, vous profiterez d’un tour d’un bateau 😉Mais vous y arriverez, car si moi j’y arrive, en brasse et sans combinaison (sauf l’année passée en juin, glagla !) je vous assure que tout le monde peut le faire !
Personnellement je n’ai pas honte d’arriver dernière, ou avant dernière lorsque je peux griller mon mari 😉L’essentiel est de participer, de se motiver, et de se lancer dans ce beau défi qui est de traverser notre magnifique lac que l’on admire différemment après.

MERCI Pascale et Christian pour ces conseils et ces colies confidences.
Rendez vous dans 15 jours alors ?… enfin 13 maintenant !

Publicités

TEMPERATURE DE L’EAU ET COMBINAISON

Les temperatures de l’eau du lac communiquées par la capitainerie (cf article d’hier) sont prises dans le port d’Aix proche des rives et avec des eaux stagnantes. Avec la météo de ces jours ci elle grimpe donc en flèche d’où les 26.9 d’hier).
Mais pour l’Aquathlon elle est prise au large (après les bouées des 300m) et par au moins 80cm de fond.
Experience faite aujourd’hui (ben oui on barbotte aussi !), l’eau est nettement plus chaude sur les rives mais au large, c’est rigolo comme on sent la fraicheur sous la surface.

Donc ceux qui sont inquiets sur « combinaison ou pas », sachez que l’Aquathlon (comme le Tri d’Aix) n’ont jamais connu de natation sans Combin ! L’eau est toujours restée sous les 24.5°C.
Peu probable que ca change cette année malgré les chaleurs du moment.

Période de BAC inspirante…un peu de SCIENCE sur LE LAC

Les non-dits ne l’ont pas dit : LA TRAVERSEE DU LAC présente du dénivelé !!!

 … 742.567 lycéens passent le bac…ça nous inspire.

Le vent agit fortement sur le fonctionnement et la morphologie des lacs, il crée un déplacement général des eaux superficielles. La vitesse de ces courants est 100 fois plus faible que celle du vent, ce qui peut paraître négligeable ; mais cela entraîne chaque jour le déplacement de 3 à 4 km des masses d’eau. On observe alors un exhaussement du niveau d’eau sur la berge opposée, qui dépend de la profondeur du lac.

Le lac du Bourget ayant une profondeur maximale du lac de 146 mètres verra un exhaussement d’environ 5cm. 

Oui vous avez bien lu…5cm de dénivelé. Reste à savoir dans quel sens maintenant !
Si le vent est dans le dos, on est donc porté par le courant (100 fois plus faible que le vent…vous suivez ?) mais on va monter 5cm,
Et si le vent est de face (peu probable puisqu’au sud du lac il ne souffle quasi jamais depuis l’Est), ce serait le contraire.
S’il est de côté, il suffit d’ajuster son cap pour compenser le courant qui pousse et a priori vous ne devriez pas tomber sur le côté…5cm d’instabilité sur 18km (largeur du lac dans le sens de la… longueur) ca devrait se gérer non ? 

D’autres informations pour les fans de science :

LA STRATIFICATION THERMIQUE

C’est l’effet majeur de la température sur le fonctionnement du lac. Le soleil agit par évaporation à la surface de l’eau mais il provoque aussi un réchauffement des eaux de surface. 

En saison chaude on peut définir 3 zones thermiques :

* L’épilimnion qui est cette couche superficielle réchauffée. L’eau, mise en mouvement par le vent permet une homogénéisation de la température. L’épaisseur de cette couche est variable selon la saison de 30cm à quelques mètres.

* L’hypolimnion est la couche inférieure…tout au fond. Toujours froide et à température peu variable. Il se situe en fonction des saisons en dessous de 15 à 30 mètres

* Le métalimnion est la couche intermédiaire à température rapidement variable : son épaisseur est de l’ordre de 10 à 15 mètres.

On peut observer que le rapport d’épaisseur de l’épilimnion et de l’hypolimnion n’est pas le même pour tous les lacs. Par exemple l’hypolimnion du lac du Bourget représente 78% de la profondeur du lac.

MOUVEMENTS ET TURBULENCES

La densité de l’eau varie avec la température ; c’est à 4°C que l’eau est la plus dense (1000 g par litre). Au-dessus et au-dessous de cette température, la densité de l’eau est moindre (997 g par litre à 25°C). 

En saison chaude, les eaux supérieures sont plus légères que celles des couches inférieures, froides et denses.

MORALITE : en décembre traverser le lac a la nage sera plus pénalisant ! CQFD !!!

Le point sur les inscriptions

Il fait encore frais pour imaginer aller barboter dans le lac et pourtant vous êtes 400 inscrits…DEJA !
Les places sur les bateaux sont en nombre limitées alors ne trainez pas, que ce soit pour le format M (3km natation – 10km course à pied),
le nouveau format L (3km – 15km)
ou LA TRAVERSEE DU LAC (3000m natation)
osez, venez, plongez…!

Enfin pour ceux qui voudraient simplement découvrir l’Aquathlon en douceur, le format S est fait pour vous : 1km natation – 5km course à pied.