Le point sur les inscriptions

Il fait encore frais pour imaginer aller barboter dans le lac et pourtant vous êtes 400 inscrits…DEJA !
Les places sur les bateaux sont en nombre limitées alors ne trainez pas, que ce soit pour le format M (3km natation – 10km course à pied),
le nouveau format L (3km – 15km)
ou LA TRAVERSEE DU LAC (3000m natation)
osez, venez, plongez…!

Enfin pour ceux qui voudraient simplement découvrir l’Aquathlon en douceur, le format S est fait pour vous : 1km natation – 5km course à pied.

Publicités

JEU CONCOURS -Gagnez vos LUNETTES CORRECTRICES DE NATATION –

Qui a dit qu’avoir une mauvaise vue ne pouvait pas être un avantage?
Grâce à notre partenaire REVARD OPTIQUE, spécialiste du sport à la vue, gagnez vos lunettes de natation à votre vue.

Comment ?
Présentez vous en magasin jusqu’au 30 avril avec votre ordonnance en cours de validité. 
Le vainqueur sera tiré au sort parmi ceux qui auront postulé. Il remportera alors ses lunettes de natation correctrices (dans la limite des faisabilités).

Un grand merci à Pascal JACOB de REVARD OPTIQUE pour cette initiative.

PS : exemples avec les photos d’illustration 😂

REVARD OPTIQUE
1, Passage des sources
73100 – MOUXY
Tel: 04.79.34.91.82

Un peu de culture sur ‘NOTRE LAC’, le LAC du BOURGET (3èmepartie – 3/3)

L’ENVIRONNEMENT ET LA NATURE

Le lac est d’un INTERET ECOLOGIQUE majeur et constitue un élément important du patrimoine naturel français. Entre Préalpes et haute montagne, il abrite un grand nombre d’espèces de poissons et d’oiseaux, et pour certains d’entre eux, il est un havre de repos majeur dans leur couloir de migration.

Grâce à sa masse d’eau colossale d’une part, aux falaises et aux dalles calcaires de ses abords immédiats d’autre part, les conditions climatiques sont adoucies. De ce fait, il y a à certains endroits un climat presque provençal, permettant à quelques espèces végétales et animales méditerranéennes de prospérer. On peut ainsi y admirer l’érable de Montpellier, le figuier, le buis, l’érable à feuilles d’obier, le chêne pubescent et les cheveux de Vénus (petites fougères).

Au sud, une VASTE ROSELIERE a été réaménagée, la zone située à la pointe sud du lac (domaine de Buttet et marais des Aigrettes) étant ainsi préservée de toute espèce d’agression. La tortue cistude, auparavant indigène mais qui avait disparu des rives du lac, a été réintroduite avec succès en l’an 2000.

Des fascines végétales (fagots de branches compactées servant de barrières anti-houle) ont été implantées afin de briser l’énergie des vagues et protéger la végétation. La FRAPNA (Fédération Rhône-Alpes de Protection de la Nature) y a aussi installé deux observatoires pour scruter le marais. Les îlots rocheux sont aussi protégés, et offrent une halte pour les oiseaux migrateurs et un lieu de nidification adéquate.

Les roseaux offrent également des abris aux oiseaux tels que le martin-pêcheur d’Europe, le grèbe huppé, le courlis cendré, le canard nette rousse.

Les roselières sont aussi essentielles pour la survie et la reproduction de nombreux poissons, comme ceux de bas-fond tels que le brochet, le gardon, le poisson-chat, la perche, la carpe, la blennie. Dans les grands-fonds vivent l’omble chevalier, le lavaret, la truite de lac, la lotte de rivière et le silure. 

Les saules blancs qui bordent les roselières font le bonheur des castors. 

Encore presque à l’état sauvage à certains endroits, le lac du Bourget est un important couloir de migration et un havre pour de NOMBREUX OISEAUX. On peut rencontrer sur le lac, outre le canard colvert et la poule d’eau, le cygne tuberculé, le foulque macroule, le fuligule morillon, le blongios nain, l’avocette élégante, le harle bièvre. Les falaises autour du lac sont aussi le territoire de grands rapaces tels le milan noir, le faucon pèlerin et le hibou grand-duc.

POURQUOI L’EAU DU LAC EST-ELLE TURQUOISE ?

C’est une vision qui ne passe pas inaperçue : autour du mois de juin, le lac du Bourget deviant bleu turquoise, à l’instar d’une plage des tropiques. 
« Le lac a trois couleurs » explique Stéphane Loisy. « Il est clair l’hiver, à un moment il devient très sombre, et l’été il redevient turquoise, comme aux Bahamas, et puis après il va retrouver sa couleur normalement l’automne. »
Derrière ce phénomène, il y a une explication parfaitement scientifique… et naturelle ! Avec la chaleur des beaux jours, du plancton microscopique se développe et prolifère, tandis que le carbonate de calcium présent dans l’eau précipite en calcite. 
« Ces petits grains de calcite viennent se fixer sur le phytoplancton » observe Cyril Girel, du Comité Intersyndical pour l’Assainissement du Lac du Bourget, « et la lumière quand elle arrive dans les eauxva être diffusée par ces grains de calcite, et associée à la couleur bleue des eaux, donne la couleur turquoise. C’est uniquement la diffusion de lumière en fait. » 
Un phénomène éphémère et qui, surtout, témoigne de la bonne qualité de l’eau du lac !

LE LAC DU BOURGET ET SON VOLET LITTERATURE

Honoré de Balzac, Alexandre Dumas (père), George Sand, Guy de Maupassant  et surtout… Alphonse de Lamartine « Ô temps ! suspends ton vol » !

Le poète français a laissé une trace indélébile de son séjour au bord du Lac du Bourget. Il est alors âgé de 26 ans et vient en Savoie soigner des troubles hépatiques.

Il passe le mois d’octobre 1816 à Aix-les-Bains, où il rencontre Julie Charles, en convalescence pour tuberculose. Les deux jeunes gens se plaisent à flâner ensemble au bord du Lac du Bourget. L’été suivant, Julie, trop souffrante, ne peut rejoindre le poète devenu très amoureux, qui, désespéré, écrivit plusieurs poèmes, dont Le Lac, un de ses plus grands chefs-d’œuvre.

Et bien nous, 200 ans plus tard nous allons nager et courir au bord de ce lac !!!

Sources : CPALB, Savoie Mont Blanc et sources diverses…

Credit photos : Savoie MtBlanc

Un peu de culture sur ‘NOTRE LAC’, le LAC du BOURGET (2ème partie – 2/3)


LA QUALITE DE L’EAU
Avec plusieurs milliers d’habitants auxquels s’ajoutent des dizaines de milliers de touristes, la qualité de l’eau s’était progressivement dégradée pour aboutir dans les années 1950 à 1970 à un phénomène majeur d’eutrophisation, car le lac à l’époque était le déversoir naturel de toutes les canalisations d’égouts, avec en particulier, celles de Chambéry et d’Aix-les-Bains. Les nombreux engins à moteur de l’époque étaient aussi très polluants, crachaient leurs fumées qui se dissolvaient en partie dans les eaux et relâchaient de l’huile qui se retrouvait aussi dans le lac. Ils faisaient beaucoup de bruit et généraient une nuisance sonore dommageable aux oiseaux et aux petits mammifères. Une action de dépollution est engagée depuis le milieu des années 1970, afin de réduire l’eutrophisation du lac, l’objectif étant d’arriver aux mêmes résultats que pour le lac d’Annecy.
Dans les années 80 et 90, la création de sites de stockage des eaux en amont des stations de traitement d’eau de Chambéry et d’Aix-les-Bains, les rivières comme le Tillet ou encore le Sierroz ont ainsi été assainies, améliorant au passage la qualité des eaux du lac et la régénération des espèces aquatiques.

Aujourd’hui, 30 ans plus tard, la qualité écologique du lac du Bourget fait l’unanimité…OUF !!!
Avec une transparence estivale de 3,4 mètres, le lac du Bourget a retrouvé une qualité écologique faisant l’unanimité auprès des touristes, des riverains, et le bonheur des pêcheurs professionnels comme en témoignent les 67 tonnes de lavarets sorties du lac en 2012.

ET UN PEU D’HISTOIRE
3000/4000 avant J.-C. : premières occupations humaines. 1000 avant J.-C. : il existe de nombreuses stations littorales. Le lac du Bourget possède plusieurs exemples de « cité lacustre », villages préhistoriques du Néolithique et de l’âge du Bronze (1000 av.JC…vous suivez ?). 
Durant l’antiquité romaine, le lac du Bourget était une importante voie navigable. Appelé lac de Châtillon (un château de Chautagne qui contrôle la voie navigable vers Lyon), il ne prendra la dénomination de lac du Bourget qu’au XIIIe siècle.
La navigation sur le lac du Bourget permet aux hommes de communiquer et commercer avec Lyon et la Méditerranée. Plusieurs villages étaient construits sur les rives du lac. Ces riverains étaient agriculteurs et ils s’adonnèrent également à l’artisanat, à la métallurgie et à la pêche. Ces habitants ont dû fuir devant les caprices du lac (fluctuation du niveau d’eau).

Les sources d’Aix à vocation curative étaient connues des romains (en 50 av.JC…comme Asterix, vous vous souvenez ?). Un important complexe thermal, à proximité immédiate des sources minérales chaudes vit le jour, une nouvelle petite ville nommée : ‘Aquae’ (Aix). Puis les vertus thermales tomberont dans l’oubli, d’autant plus après le Vème siècle et l’épisode d’une coulée de boue qui amorce le déclin de cette ville.
Le thermalisme revient à la mode avec l’Empire (vers 1800) et amène à Aix-les-Bains des personnalités. On assiste à la naissance de l’infrastructure hôtelière. Le nombre de curistes triple en 6 ans et atteint 1200 en 1808
Après la guerre de 1939, Aix-les-Bains est la 1re station thermale de France et plus tard, dans les années 80, on dénombre près de 60 000 curistes.

Revenons à nos moutons …au Lac (ceci dit lorsqu’il y a du vent ils sont nombreux …les moutons !)
L’une des originalités du lac du Bourget réside dans cette histoire millénaire et dans l’héritage culturel et mythique qui s’y attache.

Finalement pourquoi ne pas retenir comme le dit la légende que le lac serait né, tout comme le lac Léman et le lac d’Annecy, des pleurs d’un ange après que Dieu lui ait demandé, ainsi qu’à ses deux semblables, de quitter les Alpes du nord.

Nous on l’aime bien celle-là…on la comprend tellement !!!

A suivre pour le 3ème et dernier épisode.

Sources : CPALB, Conseil Départemental de la Savoie, Raymond Castel…

Un peu de culture sur ‘NOTRE LAC’, le LAC du BOURGET (partie 1/3)

Le volume d’eau de ce lac équivaut à la consommation annuelle d’eau potable en France (3,6 milliards de m3 d’eau)

Longueur : 18,0km sur un axe Nord-Sud
Largeur : entre 1,6 et 3,5km
Profondeur : en moyenne 85m, maximale 145m et autour de 20 à 40m dans la partie Sud (Aquathlon) 
Superficie : 44,5 km2 (4 450 hectares)
Altitude : 261m (variation d’1 metre selon la saison)
Température moyenne de l’eau : environ 7 °C en janvier et de 23 °C en juillet.

Il y a 140.000 ans, il fallait nager 140km pour boucler l’Aquathlon !!!
Plus grand lac naturel d’origine glaciaire de France, le lac du Bourget fait partie des lacs post-glaciaires des Alpes. Il a été formé après la dernière Glaciation de Würm, il y a environ 19 000 ans par le retrait des grands glaciers du quaternaire.

Un peu plus loin, il y a 120 à 140 000 ans, un « grand lac » s’est formé après la troisième glaciation du quaternaire, appelée glaciation de Riss. Ce lac recouvrait la majeure partie du sillon alpin entre Seyssel au nord et Saint-Marcellin au sud-ouest, ainsi que la combe de Savoie jusqu’à Albertville à l’est, et la vallée du Rhône jusqu’à Yenne, à l’ouest. Il recouvrait une surface de 1 000 km2 (contre 44,5 actuellement), avait une longueur de 140 kilomètres (18) et une cote de 360 mètres (261,5).

Il a un rôle écologique majeur et il est une destination touristique depuis le XIXe siècle. 

Le lac est principalement alimenté au sud par les eaux de la Leysse, et à l’est, par celles du Tillet et du Sierroz. Les eaux de la Leysse mettent de sept à dix ans pour traverser le lac et arriver jusqu’au Rhône (du Sud au Nord).

A suivre…
© et source : CPALB.